L’utilisation du Dianabol et la culture d’un corps parfait

Si l’utilisation du Dianabol par des sportifs de haut niveau paraît explicable
par une pression de l’excellence sportive et une exigence de résultat, le goût
prononcé des amateurs de bodybuilding et de culturisme pour ce stéroïde soulève
énormément de questions.

L’utilisation du Dianabol

L’utilisation du Dianabol

Dans les années 1960 et 1970, le bodybuilding vivait de belles années et se
développe. De nombreux culturistes ont recours à ces substances pour augmenter
leur masse musculaire. Comme le Dianabol déclenche une dépendance physique, le
besoin d’augmenter sa musculature ne cesse jamais, donnant naissance à des
monstres de musculation plutôt impressionnants. Il est assez intéressant de
s’interroger sur le besoin psychologique d’être toujours plus musclé qu’un culturiste
développe avec la prise de Dianabol. On peut se demander ce qui motive au début
un tel besoin d’être musclé.

La société a toujours exprimé des exigences envers le corps des femmes et il
serait une bêtise de penser que l’homme aurait été épargné. L’idéal de la femme
successivement mince puis pulpeuse, se transpose à celui des muscles et de la
virilité chez l’homme. Le besoin de parfaire son apparence n’est pas un cliché
féminin même s’il est toujours plus souvent décrit et mis en lumière chez les
femmes. Si on considère l’addiction à une substance et une obsession de ses
propres complexes physiques comme un trouble psychologique, il ne semble pas si
excessif de comparer la prise excessive de Dianabol au détriment de sa santé à des
troubles comme l’anorexie, plutôt commune chez les femmes. L’anorexie résulte
également d’une addiction à un comportement dangereux dans le but de se
conformer à un idéal fixé par la société. Le culturisme est cependant considéré par
toute une communauté comme un véritable sport : il existe des compétitions et des
champions de culturisme sont sacrés. Serait-il trop extrême de comparer cela avec
des concours de beauté où les femmes rivalisent de minceur les unes avec les
autres ?

Lisez:  Une alternative au Dianabol pour la musculation : le D-Bal

Ce qui est sûr c’est que si l’on parle du culturisme comme un sport, la prise
de Dianabol ne peut-être validée puisqu’elle revient à de la triche. De nombreuses
salles de sport déclarent d’ailleurs être très strictes en ce qui concerne l’utilisation de
stéroïdes dans leur locaux. Dans ce cas, il ne serait être approuvé d’utiliser du
Dianabol que pour son usage personnel et se conformer à l’idéal de l’homme viril et
musclé qui a longtemps circulé. Cet idéal a d’ailleurs été véhiculé par des icônes
masculines comme Arnold Schwarzenegger, qui prenait ouvertement du Dianabol
lorsqu’il était légal. Il n’est donc pas étonnant que des hommes aient été tentés de
l’imiter, à la manière des femmes qui suivent les régimes de stars décrits dans les
magazines féminins.

Le succès d’un stéroïde anabolisant comme le Dianabol passe donc par une
obsession d’un corps parfait comme on nous donne des modèles dans les films, les
publicités et autres magazines. Il n’est guère étonnant de constater que beaucoup
de consommateurs passent outre son illégalité pour s’en procurer au détriment de
leur santé en faisant fi des poursuites qu’ils encourent. Ce bilan est assez alarmant
mais n’est malheureusement qu’un reflet des diktats de la société sur l’apparence
des hommes.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Alert: Content is protected !!